Bannque Alimentaire des Hautes Pyrénées : Tarbes. Un geste vraiment «Géant»

25/05/2013
Bannque Alimentaire des Hautes Pyrénées : Tarbes. Un geste vraiment «Géant»

Direction et salariés du Géant de Laloubère se sont mobilisés pour les sinistrés. Les clients sont invités à faire de même./ Photo Laurent Dard

Les gestes de solidarité sont encore plus beaux lorsqu’ils sont spontanés. Et c’est précisément ce qui s’est passé à l’hyper Géant de Laloubère. «Les employés se sont mobilisés naturellement», avoue Virginie Corret, la directrice du magasin, «et tout le monde y a adhéré tout de suite.» Angèle Betis, responsable des caisses et membre du CE, ajoute : «Tous les salariés se sont unis, on a organisé une collecte, certains ont donné 2 €, d’autres jusqu’à 60 €, et nous avons pu acheter 500 € de nourriture, des provisions que nous avons remises à la mairie de Luz.» D’autre part, le magasin lui-même a remis pour 1 700 € de nourriture et produits de première nécessité à la Banque Alimentaire. «De plus, le CE s’est réuni», poursuit Angèle Betis, «et nous allons également remettre 500 € de produits.» En outre, le Géant de Laloubère a mis en place, dans la galerie, des conteneurs où les clients peuvent aussi donner, nourriture ou vêtements. «ça fonctionne aussi», se réjouit Virginie Corret, qui tient à souligner l’engagement de son personnel. «Tout le monde s’y est mis, notamment les jeunes de l’encadrement, Lætitia Petchot, Yasmina Jemili et Lucie Marques qui ont créé une page Facebook.» Bien entendu, tout le monde peut contribuer, les conteneurs vous attendent à chaque entrée du magasin. Un si bel exemple est évidemment à suivre…


Les municipaux veulent aider

Le syndicat CGT de la mairie de Tarbes a sollicité le maire «pour envoyer du personnel municipal auprès des populations des territoires inondés». Dans ce courrier, le syndicat demande «d’initier au sein de la collectivité une demande auprès des agents en leur proposant de participer à une mission d’intérêt général. bien évidemment, il faut identifier auprès des mairies concernées la nature de leurs besoins.»

Le maire a pris connaissance hier de ce courrier. «Il y a déjà des agents municipaux qui s’impliquent dans des actions de solidarité, nous a confié Gérard Trémège. Certains vont livrer des denrées alimentaires, des vêtements à Luz avec nos véhicules. Ils sont une vingtaine à agir sur la base du volontariat. Après si les 1000 agents décident d’y aller ça posera problème. Mais tous les volontaires auront mon accord, y compris sur leur temps de travail, à condition que leur implication soit réelle bien sûr.»

Le maire est également revenu sur les annonces du premier ministre la veille : «On nous parle d’avances remboursables, mais de qui se moque-t-on. Nous avons besoin de la mise en place d’un fonds spécial d’urgence.»

C.V. et A.B